La CFDT présente ses dix propositions pour l'emploi des jeunes

Publié le par Syndicats CFDT des Commerces et Services 67

Dans le cadre de sa participation à la commission Hirsch, la CFDT présente dix propositions pour sécuriser l'entrée des jeunes dans la vie active.
 

Les jeunes sont les principales victimes de la crise , d'autant plus que la France est dans le peloton de queue au niveau européen en ce qui concerne l'emploi des jeunes. Au moment où le président de la République s'apprête à présenter un énième plan en faveur de l'emploi des moins de 25 ans, alors que, depuis trente ans, presque autant de plans ont échoué dans ce domaine, la CFDT considère, selon Hervé Garnier, secrétaire national en charge du dossier, qu'« il est primordial de sortir enfin la jeunesse du bizutage social que notre société lui fait trop souvent subir ». C'est bien le sens de la participation active de la CFDT à la commission Hirsch : « Mettre en place une politique publique de la jeunesse, ambitieuse et cohérente, qui participe à la sécurisation des parcours des jeunes sortis du système éducatif et de ceux qui s'insèrent dans l'emploi en suivant des itinéraires chaotiques ».


Dix propositions pour enfin changer la donne. C'est dans ce cadre que la CFDT présente dix propositions en faveur de l'emploi des jeunes afin de « nourrir le débat sur ce que devrait être une politique publique de la jeunesse. » Pour la CFDT, il est ainsi indispensable de mettre en place un "dispositif jeune actif" pour sécuriser les parcours d'entrée des jeunes de moins de 25 ans dans la vie active. Ce dispositif doit permettre un accompagnement en fonction du niveau de qualification, de la situation sociale du jeune concerné, et de l'activité au sens large : accès à l'emploi, à la formation et à l'engagement volontaire... Il doit aller de pair avec la création d'un revenu jeune actif, qui prendrait la forme d'une allocation pour les moins de 25 ans sans emploi et d'un complément de revenus pour les jeunes actifs au parcours chaotique. La CFDT souhaite ensuite que les contrats en alternance deviennent plus attractifs, tant pour les jeunes que pour les entreprises. De même, l'État doit déployer des nouveaux emplois aidés destinés à des embauches en CDI, tout en développant des contrats aidés
1 dans les secteurs en tension.


Parallèlement, la CFDT revendique la mise en place d'un service d'orientation tout au long de la vie, un renforcement de la GRL (Garantie des risques locatifs) pour permettre aux jeunes de se loger, ainsi qu'une généralisation de la complémentaire santé et prévoyance pour tous les jeunes. Enfin, la CFDT plaide pour une montée en puissance du service civique et une réforme de la JAPD (Journée d'appel de préparation à la défense) afin de profiter de ce passage obligé pour les informer sur leurs droits (prestations sociales, accompagnement vers l'emploi, accès aux soins...).


Cependant, comme le rappelle Hervé Garnier, « au-delà de l'action des pouvoirs publics, la CFDT est bien consciente qu'une implication forte des partenaires sociaux est essentielle pour améliorer la situation des jeunes dans l'emploi. ». D'ailleurs, la confédération a assumé cette responsabilité lors des récentes négociations sur la formation professionnelle et l'assurance-chômage, et ne manquera pas de l'assumer plus encore lorsque s'ouvriront les négociations de branches prévues dans l'accord de modernisation du marché du travail.


Nicolas Ballot

(1) CIE (Contrat initiative emploi) dans le secteur marchand, et CAE (Contrat d'accompagnement dans l'emploi) pour le secteur non marchand.

Publié dans Actualité

Commenter cet article