Journée d’action du 17 juin : la CFDT présente en force !

Publié le par Syndicats CFDT des Commerces et Services 67

Les adhérents et militants de la CFDT, en particulier ceux du privé, ont été bien plus nombreux à défiler pour défendre les 35 heures que lors des précédentes manifestations.

La journée d’action et de mobilisation organisée par la CFDT et la CGT « pour le respect des salariés » face à la volonté du gouvernement de déréglementer le temps de travail et de bâcler la réforme des retraites au point de mettre à mal la retraite solidaire a été marquée par une forte participation de la CFDT partout en France. Ce sont ainsi plusieurs dizaines de milliers d'adhérents, de militants et de responsables CFDT qui ont manifesté pour « défendre et promouvoir » des dispositions sur le temps de travail et les retraites qu'ils avaient eux-mêmes contribué à faire avancer, par l’action et l’engagement de la CFDT, depuis de longues années et que le gouvernement est entrain de défaire sans ménagement.

François Chérèque, qui a défilé en tête du cortège CFDT à Paris avant de s’arrêter et de saluer l’ensemble des manifestants CFDT, insiste sur le fait que « dans toutes les villes de France, la mobilisation CFDT a été nettement supérieure à celle du 22 mai, notamment grâce à la présence en force des salariés du privé ». Avant d’ajouter : « le temps de travail et les retraites sont des sujets que les militants de la CFDT connaissent parfaitement puisqu'ils avaient eux-mêmes négocié et signé il y a quelques années ce que le gouvernement veut défaire aujourd’hui ».

Pour le secrétaire général, une reprise des mobilisations aura lieu « après l'été quand les salariés se rendront compte » de la nocivité des intentions du gouvernement, notamment en matière de temps de travail. D’ici là, la CFDT agira auprès des parlementaires qui devront se prononcer dans les semaines à venir sur le texte gouvernemental. La Confédération entend bien « mettre en évidence les enjeux et les conséquences d’un projet de loi encore mal connu des salariés » et démontrer que « le gouvernement ment sur ses intentions » et que son but est bien de revenir sur les 35 heures au détriment de la santé des salariés.

Nicolas BALLOT

Source : CFDT.fr

Publié dans Actualité

Commenter cet article